Archives janvier, 2013

Vernissage de la double exposition Eugène / L’Ours le Chat et le Lapin

30 janvier 2013

Aprés leur sortie en librairie le 24 Janvier dernier, Eugène (Quentin Vijoux) et L’Ours le Chat et le Lapin (Maria Rostocka et Michal Rostocki) vous attendent mercredi 30 Janvier 2013 dès 19h à la galerie Michel Lagarde pour le vernissage de l’exposition qui leur est  consacrée.

Comme pour Américanin, la galerie se propose d’accompagner ces publications au delà de leur sortie en librairie. Retrouvez pour l’occasion les planches originales de ces deux volumes et les auteurs (avant leur départ pour Angoulême).

Pour ceux qui ne peuvent se déplacer, pas d’inquiètude, les compères seront présents jusqu’au 15 Mars.

Les EML à la fête au MK2

21 janvier 2013

À l’occasion de la cinquième soirée de la petite édition, la librairie du MK2 Quai de Loire, sur une initiative d’Elsa Gounot, met à l’honneur les éditions Michel Lagarde.

Rendez-vous le 25 janvier 2013 à partir de 19h pour une présentation de la maison par son fondateur avec en présence deux auteurs pour une séance de dédicace : Quentin Vijoux pour son premier exercice avec  Eugène (parution le 24 janvier 2013) et Yann Kebbi pour Américanin sorti le 22 octobre dernier. L’occasion aussi de (re)découvrir l’ensemble des titres de notre catalogue.

MK2 Quai de Loire:

7 Quai de la Loire
75019 Paris

Avis de sorties du 24 janvier 2013

21 janvier 2013

Histoire de bien commencer l’année, nos éditions vous offrent une double publication dans le domaine du neuvième art.

Laissez-vous tout d’abord entrainer par la gouache de Maria Rostocka et la narration muette de Michal Rostocki dans un monde merveilleux et inquiétant, avec comme guides un ours, un chat et un lapin. Le duo polonais nous propose une quête au gré de laquelle s’affirment les personnalités dérangées des trois entités anthropomorphes. Une lecture en dehors des sentiers battus, qui en appelle d’autres…

Dans Eugène, son premier livre, Quentin Vijoux se libère de la case et fait confiance à la sobriété et à l’ingéniosité que requiert le noir et blanc pour nous relater l’histoire de son héros. Une histoire qu’Eugène ne maitrise pas complètement et pour cause…

« -On m’a greffé de la peau dans les paumes.
-C’est de la peau qu’on t’a prélevée d’où? Des fesses?
-Non non : c’est la peau d’un donneur anonyme.
-Ah ah! Alors on peut considérer que les lignes de tes mains ne sont pas vraiment les tiennes! »

Et pour prolonger le plaisir, une exposition avec les planches originales des deux volumes est en préparation à la galerie, on vous tient, bien entendu, informés…