Archives ‘Hélène Georges’ Catégorie

Hélène Georges dans les Inrocks!

11 juin 2009

A la une des Inrocks de cette semaine (n° 706 – du 9 au 15 mai 2009), vous pouvez voir Riad Satouf pour son formidable film « Les Beaux Gosses ».

C’est à la page 18 que la « croqueuse d’histoires » Hélène Georges apparaît sous l’objectif de Christophe Beauregard, avec un petit article élogieux de Géraldine Sarratia qui nous reparle des deux bandes dessinées, publiées ici-même!

La vraie vie d’Hélène Georges par Hélène Georges

06 janvier 2009

Nous avons le plaisir de vous présenter le deuxième livre d’Hélène Georges qui, après ses Rêveries, nous donne une autre facette du talent de l’auteur au travers d’une série de nouvelles surprenantes! L’auteur sera présente à Angoulême à la fin du mois, pour une signature de l’ouvrage! Nous vous communiquerons les dates très bientôt!

Rien ne se passe! … Et tout arrive! Un cabaret de province, un cheval, un mari jaloux, un pick-up Toyota, un voisin mort, un tube de Madonna… Hélène Georges regarde d’un côté, de l’autre, et présente six nouvelles qui mettent en scène des personnages réels et des histoires vraiment vécues. Un univers ordinaire tellement grossi qu’il devient parfois surréaliste. C’est dur comme l’acier et brillant comme un diamant.


« Samia »


« Alain »


« Gaby »

Catalogue des Editions

23 mars 2007

Catalogue Bande Dessinée signé Sandrine Granon

Les rêveries d’Hélène Georges par Hélène Georges

24 novembre 2006

Hélène Georges est née dans les vosges en 1978. De ses montagnes natales, elle gardera le goût des routes nationales et des faits divers. Après 5 années passées aux Arts Décoratifs de Strasbourg, elle travaille avec Gérard Lo Monaco qui lui fait illustrer un album. En 2002, elle s’installe à Marseille. Elle s’achète pour la mer un masque et des palmes, et pour s’ intégrer, des bottes pointues et une veste en jean assez courte. C’est à cette époque qu’on la force un peu à faire des bandes dessinées, elle est contente. Ensuite c’est la ruine, elle part s’inscrire au rmi en pleurant des larmes de sang. Seulement la même année, tout bascule et son téléphone n’arrête plus de sonner. Elle travaille dans l’édition et pour la presse jeunesse, elle porte maintenant une paire de lunettes noires d’une marque très chère.

« sauvez-moi, Hélène Georges » s’ écrie Ava Gardner.
Tour à tour corsaire travestie, professeur de danse intransigeante ou simple baigneuse, Hélène Georges se met en scène dans des aventures sensuelles et décalées. 8 histoires courtes où tout commence quand elle ferme les yeux. « Les Rêveries d’ Hélène Georges » a d’abord été publié dans un fanzine de bande dessinée qui a vécu une année. En secret, Hélène imaginait qu’un jour ces histoires pourraient être rassemblées… et Michel Lagarde le lui a proposé… Une sorte de rêve américain…

Les débuts d’Hélène Georges

23 novembre 2006

Tout est parti d’une série d’histoires publiés dans la revue LGTB « Hercule et la toison d’or » publiée par Lisa Mandel et quelques amis dessinateurs des Arts décoratifs de Strasbourg. Le bimestriel domicilié à Marseille, diffusé de manière confidentielle au prix modique de 3,50 euros dans quelques lieux spécialisés a depuis cessé sa parution. Le travail d’Hélène Georges se distinguait déjà par un trait élégant et les dialogues décalés dont elle a le secret. La plupart des histoires ont été redessinées pour la parution de ces nouvelles afin de garder une cohérence graphique de l’ensemble. Hélène poursuit depuis sa carrière d’illustratrice pour la jeunesse et d’auteur complet pour la Bande Dessinée.


« Hercule et la toison d’or » – Hélène Georges

Festival de Bande Dessinée sur le Cours Julien à Marseille

21 octobre 2006


Florence Dupré la Tour dédicace Capucin


Florence Dupré la Tour et Renaud Perrin


Hélène Georges sur le Cours Julien